header

Johnny

Johnny Hugues

Tu avais 17 ans…
Quand une corde de guitare cassée est devenue le fil d’amitié qui depuis nous a unis…
Nous nous sommes perdus… retrouvés…
Là c’est toi qui me laisse avec nos souvenirs, et qui ferme une page de ma vie…
Que tu sois l’étoile qui veille sur ta si belle et douce famille…

Salut l’ami.



Photo:
Copyright Rigaud/ droits réservés./ Olympia 64

41-45

 

 

18 août 1929 à 8h15 : Hugues, Antoine, Jean, Marie Auffray naît à Neuilly-sur-Seine de Henry Auffray, homme d’affaires, et de Amielle de Caubios d’Andiran, musicienne. Il a deux frères aînés, Jean-Paul et Francesco, nés respectivement en 1926 et 1927 ; sa sœur, Pascale, qui fera une brillante carrière cinématographique sous le pseudonyme de Pascale AUDRET, verra le jour en 1935.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HA SOREZE 19431941/45:

Après plusieurs déménagements dus à la guerre, il poursuit son 1er cycle d’études secondaires au collège dominicain de Sorèze (Tarn) où il reçoit un premier prix d’équitation.

 














45 48

1945/48
 :

Suite au divorce de ses parents, il rejoint son père, à Madrid,où, élève au Lycée Français, il obtient la première partie de son baccalauréat. Durant cette période, il s’initie à diverses disciplines artistiques : la guitare, le dessin et la sculpture.

Il rejoint sa Maman à Paris, pour passer son bac philo et avec l’intention d’entrer à l’école des Beaux-Arts.

Mais il devra renoncer à ce rêve.

 

 

 

 

 

 

Armee-11949/50 :

Sans projet d’avenir, sans domicile ni emploi, et faute de moyens financiers, il aborde avec soulagement la période du service militaire.

Le 22 octobre 1949, il est affecté à Annecy dans le 27ème bataillon de Chasseurs Alpins, puis à Bourg-Saint-Maurice dans la 3ème compagnie où, le 23 décembre 1950, il sera libéré Caporal-chef de réserve.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Helene

 1951 :

Le 18 décembre, il épouse Hélène Faure, danseuse, petite fille de l’écrivain Elie Faure.

Ils auront deux filles: Marie et Charlotte, nées respectivement en 1954 et 1959.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1954 Paris PolkadesMandibules

1952/58 :

Après avoir travaillé quelques mois chez Alfrance, une société d’import/export, que dirige son père, il décidera définitivement d’emprunter une route bohémienne.

Le “Hasard et la nécessité” en feront un “troubadour” malgré lui.

Il chantera durant plusieurs années sans le réel objectif de “faire carrière”. Son répertoire est alors essentiellement composé de musiques et chansons folkloriques.

En introduisant les rythmes latino-américains dans les cabarets de Saint-Germain-des-Près : “ Le Prince Pol ”, “ La Romance ”, “ L’Escale ”, “ Le Port du Salut ”, “ La Polka des Mandibules ”..., il se révélera comme un réel pionnier de la World music. Attirant dans les cabarets qu’il anime des personnalités et des stars du monde entier, il obtient dès cette époque un considérable succès.

 

Le 18 décembre 1955, Francesco, son frère, son guide, son repère disparaît tragiquement au Canada.

Hugues à cette période anime le Club de la Radio à Monte Carlo.

 

 

 

 

1959- Barclay 70238- front1958/59 :

Cédant aux pressions de ses amis, il se présente en décembre aux “Numéros 1 de demain”, un concours organisé par Europe N°1 où il chante : Le poinçonneur des Lilas”, une chanson de Serge Gainsbourg - encore inconnu.

Il termine finaliste du concours et obtient un contrat chez Barclay et en mars, enregistre son premier 45 tours contenant 
“ Y avait Fanny qui chantait ”,
chanson fétiche des appelés de la Guerre d’Algérie.